TitreLa planche scénaristique de Jacques Prévert pour Les Visiteurs du soir (1942). Esquisse « enluminée » sur papier à petits carreaux
Type de publicationArticle de colloque/conférence
Année de publication2015
AuteursMorgan Corriou, Carole Aurouet
Nom du colloqueLes Conférences du Quadrilatère - Chefs-d’oeuvre de la BnF et de l’INHA
Date de la réunion2015/02/10
OrganisateurBibliothèque nationale de France ; Institut national d'histoire de l'art
Lieu du colloqueParis, Institut national d'histoire de l'art, Auditorium de la Galerie Colbert
Résumé

Entre 1936 et 1945, Marcel Carné et Jacques Prévert ont marqué de leur sceau le cinéma français : Jenny, Drôle de drame, Le Quai des brumes, Le Jour se lève, Les Enfants du paradis et Les Portes de la nuit. À cette liste il convient d’ajouter Les Visiteurs du soir.Repliée sous le couvercle de l’Occupation, la production cinématographique de 1942 se doit d’être intemporelle. Pour conserver leur indépendance, Carné et Prévert situent leur histoire au Moyen Âge. Acquise par la BnF en 2010, cette planche scénaristique de Jacques Prévert permet de mieux comprendre sa méthode créative pour le cinéma.

Champ de recherche: 
la planche scenaristique de jacques prevert pour les visiteurs du soir 1942 esquisse enluminee sur papier a petits carreaux les conferences du quadrilatere chefsdoeuvre de la bnf et de linha 20150210 pentre 1936 et 1945 marcel carne et jacques prevert ont marque de leur sceau le cinema francais emjenny drole de drame le quai des brumes le jour se leve les enfants du paradisem et emles portes de la nuitem cette liste il convient dajouter les visiteurs du soirbrrepliee sous le couvercle de loccupation la production cinematographique de 1942 se doit detre intemporelle pour conserver leur independance carne et prevert situent leur histoire au moyen ge acquise par la bnf en 2010 cette planche scenaristique de jacques prevert permet de mieux comprendre sa methode creative pour le cinemap paris institut national dhistoire de lart auditorium de la galerie colbert morgan corriou carole aurouet
Retour en haut de page