TitreL'or des rois d’Égypte d'Alexandre à Cléopâtre (332-30 av. J.-C.) dans les collections du Cabinet des Médailles
Type de publicationArticle de colloque/conférence
Année de publication2016
AuteursJulien Olivier, Thomas Faucher
Nom du colloqueLes conférences du quadrilatère. Des hommes et des œuvres
Date de la réunion2016/04/05
OrganisateurBibliothèque nationale de France ; Institut national d'histoire de l'art
Lieu du colloqueParis, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Auditorium Colbert
Résumé

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? ». Cette apostrophe d’Athénée de Naucratis rappelle l’abondance des réserves en or que possédaient les Ptolémées, rois d’Égypte à l’époque hellénistique. À la fois hérité des stocks métalliques pris par Alexandre aux rois perses et produit des mines égyptiennes, cet or était notamment conservé sous forme de pièces d’orfèvrerie et de monnaies. Les riches collections du Cabinet des Médailles ainsi que les résultats de la fouille récente d’un district minier du désert Oriental offrent un point de vue unique sur l’approvisionnement et les usages de l’or en Égypte.

Champ de recherche: 
lor des rois dgypte dalexandre a cleopatre 33230 av jc dans les collections du cabinet des medailles les conferences du quadrilatere des hommes et des uvres 20160405 p quelle monarchie compagnons estelle devenue a ce point riche en or cette apostrophe dathenee de naucratis rappelle labondance des reserves en or que possedaient les ptolemees rois dgypte a lepoque hellenistique la fois herite des stocks metalliques pris par alexandre aux rois perses et produit des mines egyptiennes cet or etait notamment conserve sous forme de pieces dorfevrerie et de monnaies les riches collections du cabinet des medailles ainsi que les resultats de la fouille recente dun district minier du desert oriental offrent un point de vue unique sur lapprovisionnement et les usages de lor en gyptep paris bibliotheque nationale de france site richelieu auditorium colbert julien olivier thomas faucher
Retour en haut de page