TitreLes écuries de Napoléon : une parenthèse dans l’histoire de l’équitation ou la chance d’un renouveau ?
Type de publicationArticle de revue
Année de publication2012
AuteursCharles-Eloi Vial
JournalIn situ
Numéro18
Résumé

Plusieurs études récentes ont évoqué les écuries de Napoléon Ier, mais celles-ci se situent à l’écart des nombreux travaux portant sur l’histoire équestre du XVIIe au XIXe siècle. L’Empire n’est évoqué que sous l’angle de la cavalerie militaire. Pourtant, c’est une période intéressante dans l’histoire de la pratique de l’équitation car elle intègre deux mouvements, à première vue contradictoires, mais en réalité complémentaires : le rejet des mutations de la fin de l’Ancien Régime où les harnachements et la monte à l’anglaise semblaient se répandre dans de nombreuses écuries aristocratiques et princières, et un repli vers la tradition royale, non pas celle de l’équitation de Cour de l’École de Versailles, mais celle de l’armée et de la Maison militaire du Roi. Les Grandes écuries de Napoléon renouèrent avec les usages des Grandes écuries sous Louis XVI, mais l’héritage royal fut infléchi dans le sens d’une militarisation. S’il faut évoquer la constitution d’écuries fastueuses pour l’Empereur, sous l’égide de Caulaincourt, c’est avant tout leur caractère martial qui se retrouve dans la manière de monter de Napoléon et de son entourage direct. L’Empire apparaît ainsi comme un moment à part, de sélection et de relecture des usages. De cette parenthèse, l’héritage majeur fut celui de la restructuration de l’administration et de l’élevage, tandis que la pratique de l’équitation subit des évolutions rapides dès la chute de l’Empire.

URLhttp://insitu.revues.org/9707
DOI10.4000/insitu.9707
Champ de recherche: 
les ecuries de napoleon une parenthese dans lhistoire de lequitation ou la chance dun renouveau in situ pplusieurs etudes recentes ont evoque les ecuries de napoleonsupnbspsupisupersup mais cellesci se situent a lecart des nombreux travaux portant sur lhistoire equestre du xviisupesup au xixsupesupnbspsiecle lempire nest evoque que sous langle de la cavalerie militaire pourtant cest une periode interessante dans lhistoire de la pratique de lequitation car elle integre deux mouvements a premiere vue contradictoires mais en realite complementairesnbsp le rejet des mutations de la fin de lancien regime ou les harnachements et la monte a langlaise semblaient se repandre dans de nombreuses ecuries aristocratiques et princieres et un repli vers la tradition royale non pas celle de lequitation de cour de lcole de versailles mais celle de larmee et de la maison militaire du roi les grandes ecuries de napoleon renouerent avec les usages des grandes ecuries sous louisnbspxvi mais lheritage royal fut inflechi dans le sens dune militarisation sil faut evoquer la constitution decuries fastueuses pour lempereur sous legide de caulaincourt cest avant tout leur caractere martial qui se retrouve dans la maniere de monter de napoleon et de son entourage direct lempire apparait ainsi comme un moment a part de selection et de relecture des usages de cette parenthese lheritage majeur fut celui de la restructuration de ladministration et de lelevage tandis que la pratique de lequitation subit des evolutions rapides des la chute de lempirep httpinsiturevuesorg9707 104000insitu9707 charleseloi vial
Retour en haut de page