TitreLa soif d'images, entre Ancien Régime et Internet
Type de publicationArticle de colloque/conférence
Année de publication2017
AuteursRémi Mathis
Date de la réunion2017/02/13
OrganisateurAmis du musée de l'Imprimerie (Lyon)
Lieu du colloqueArchives municipales de Lyon
Résumé

Le désir d’images est ancien. Parallèlement à la diffusion du livre, les techniques de l’estampe se développent au cours de l’Ancien Régime : que ce soit au burin, à l’eau-forte, sur bois, etc., la gravure permet de multiplier une image à l’infini et de la diffuser. Les utilisateurs pourront ensuite l’utiliser comme ils le désirent, l’admirer,la peindre, la coller, la revendre, l’échanger, voire la réutiliser pourleurs propres pratiques. L’estampe – à la fois art de premier plan et pratique artisanale – façonne ainsi la société qui l’entoure. En retour,cette dernière encadre la production et trace les lignes entre ce qui est légitime, ce qui est possible, ce qui est souhaitable et ce qui ne l’est pas. Les enjeux qui se posent (liberté de production, censure, fraude, copies légales ou non, remix...) ressemblent furieusement à ceux auxquels est confrontée notre société dans la révolution du numérique.

Champ de recherche: 
la soif dimages entre ancien regime et internet 20170213 divle desir dimages est ancien parallelement a la diffusion du livre les techniques de lestampe se developpent au cours de lancien regime que ce soit au burin a leauforte sur bois etc la gravure permet de multiplier une image a linfini et de la diffuser les utilisateurs pourront ensuite lutiliser comme ils le desirent ladmirerla peindre la coller la revendre lechanger voire la reutiliser pourleurs propres pratiques lestampe a la fois art de premier plan et pratique artisanale faconne ainsi la societe qui lentoure en retourcette derniere encadre la production et trace les lignes entre ce qui est legitime ce qui est possible ce qui est souhaitable et ce qui ne lest pas les enjeux qui se posent liberte de production censure fraude copies legales ou non remix ressemblent furieusement a ceux auxquels est confrontee notre societe dans la revolution du numeriquediv archives municipales de lyon remi mathis
Retour en haut de page